STATUS 2017 du bpa

Statistique des accidents

Rouler trop vite souvent considéré comme une infraction sans gravité

Selon un sondage du bpa – Bureau de prévention des accidents, seule une minorité d’automobilistes indiquent toujours respecter les limitations de vitesse alors qu’une majorité d’entre eux sont conscients qu’ils pourraient être soumis à un contrôle de vitesse. En ce qui concerne l’alcool, la tendance est différente: peu d’automobilistes indiquent rouler après avoir consommé de l’alcool, même si une minorité pense qu’elle pourrait être soumise à un contrôle d’alcoolémie. Ces données relatives aux opinions et aux comportements ne sont qu’une des conclusions de la nouvelle statistique STATUS du bpa.

Les accidents représentent un défi pour notre société. Chaque année en Suisse, un million de personnes se blessent durant leurs loisirs, dont plus de 2300 mortellement. Tous les ans, le bpa publie STATUS, la statistique des accidents non professionnels et du niveau de sécurité en Suisse, qui contient des données chiffrées non seulement sur l’accidentalité, mais aussi sur les opinions et les comportements de la population helvétique. Un sondage mené auprès des automobilistes suisses en 2016 révèle ainsi une approche différenciée des risques liés à la vitesse et à l’alcool. Une minorité des personnes interrogées respectent toujours les limitations de vitesse (entre 19 et 37% selon la situation en localité, hors localité ou sur autoroute) alors que 60% estiment pouvoir être soumis à un contrôle. Confrontés à la question de l’alcool, les automobilistes adoptent une attitude différente: si une majorité d’entre eux estiment qu’ils ne seront jamais ou rarement contrôlés à ce sujet, 8% avouent avoir souvent ou occasionnellement roulé après avoir bu deux verres d’alcool.

Pour Roland Allenbach, responsable Recherche au bpa, ces résultats signifient que, contrairement à l’alcool, les risques liés à une vitesse excessive ou inadaptée sont souvent sous-estimés par les usagers de la route: «Pour beaucoup, les excès de vitesse sont considérés comme une infraction sans gravité, qui ne présentent aucun danger.» Les chiffres le prouvent cependant année après année: une vitesse excessive ou inadaptée demeure l’une des principales causes d’accidents graves et ne doit pas être considérée comme une bagatelle.

Dans ce contexte, les contrôles de vitesse sont indispensables pour réduire l’accidentalité routière. En termes de prévention des accidents, il est important qu’un nombre minimum de contrôles soit mis en place et que la population en soit informée. Les contrôles doivent être en partie annoncés et les résultats communiqués. La perception subjective du risque d’être contrôlé augmente ainsi, ce qui a un effet positif sur la sécurité routière.

Download: STATUS 2017 comme PDF

Ce contenu a été publié dans Actuel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.